Aller au contenu. | Aller à la navigation

Diagnostic de territoire
Sections
Vous êtes ici : Accueil Ma commune PCDR Diagnostic de territoire

Diagnostic de territoire

Bordée par la N4, la Commune occupe une position centrale par rapport:

- aux pôles provinciaux (Bastogne, Marche, Libramont);
- mais également aux villes importantes de Wallonie (Arlon, Namur, Liège), Sainte-Ode est proche du Grand-Duché de Luxembourg.

La Commune a vu sa population augmenter de pratiquement 17% en 25 ans.

Les nombreux villages et hameaux (40) de la commune couvrent un territoire étendu (9.800 ha) et peu peuplé (2.291 habitants), ce qui entraîne une faible densité de population (23 Hab/km²).
Une grosse partie de la population vit surtout dans les villages de Lavacherie (648 habitants), Amberloup (333) et Tillet (204).

Selon le dernier recensement, le bâti est récent et de qualité.
Les nouvelles constructions se situent surtout sur les sections de Lavacherie et Amberloup; Tillet tarde quelque peu à se développer. 93 permis de lotir ont été délivrés depuis le 01/01/1977, ce qui représente quelque 350 lots constructibles, dont 118 ne sont pas encore construits.

Trois Zones d’Aménagement Concerté Communal (12 Ha) sont répertoriées sur Lavacherie. Il reste un gros potentiel constructible sur la Commune (environ 1.850 parcelles théoriquement constructibles), mais tout dépend de la volonté des propriétaires privés, la Commune ne possédant aucun terrain à bâtir.

Il existe peu de possibilités de location dans les villages (seuls 8,6% des logements sont loués).

Sainte-Ode ne dispose pas d'outil d'aménagement du territoire, sauf d'un Plan Particulier d’Aménagement sur Tillet datant des années 50.

90% des élèves de la commune fréquentent les 4 écoles communales.
Rechrival est en plein essor, tandis que Tillet qui était en perte de vitesse, semble amorcer une légère reprise.

5 accueillantes d'enfants (indépendantes ou de 'Nos P'tits Lurons') peuvent encadrer une quinzaine d'enfants en bas âge.

De nombreuses activités sont organisées pour les enfants, que ce soit dans le cadre des garderies extra-scolaires, ou via les inititatives du CPAS ou encore via les offres de la Maison de Jeunes (CRAB).

Le CPAS se montre particulièrement dynamique et soutient de nombreuses initiatives permettant la remise au travail des quelques RMI de la commune.

Sainte-Ode dispose d'une maison de repos, la seniorie du Celly, mais les aînés s'orientent vers Tenneville et Bastogne.

Le Telbus rencontre un vif succès sur la commune.

Sainte-Ode est sillonnée par 5 routes régionales, dont 2 anciennes voiries provinciales. L'étendue du territoire amène la Commune à devoir gérer plus de 300 kms de voiries.

La police ne relève aucun point noir particulier de sécurité routière.

Les villages n'ont pas de nom de rue, à part Lavacherie.

Certains villages manquent de locaux de rencontre pour les associations.
Et lorsque les villages en sont équipés, ils s'avèrent souvent en mauvais état.

Quelques bâtiments d'Amberloup (presbytère, maison communale actuelle) devront être réaffectés après la centralisation des services dans la nouvelle maison communale.

La Commune enregistre peu de rentrées financières, si ce n'est que par le biais des taxes, du Fonds des communes et des subventions qu'elle peut obtenir. De ce fait, elle dispose de peu de moyen d'investissement et est toujours sous la surveillance du CRAC.

Sainte-Ode entretient d'excellentes relations avec les communes voisines, surtout Bertogne et Tenneville; elles mènent de nombreux projets en commun (PN2O, CRO, achat de matériel, échange régulier de savoir-faire entre les différents services communaux,...).

Une Agence de Développement Local a été créée avec les communes de Bertogne et Tenneville .

L'économie locale est bien présente dans les villages (santé, social, construction…). Au 31/12/04, 301 indépendants étaient recensés sur la commune.
Le secteur "Santé et Action sociale" occupe la moitié des travailleurs salariés (Hôpital de Ste-Ode, Beauplateau, Centre de vacances Mutuelle à Aviscourt).
Environ 10% de la population active sont occupés au Grand-Duché de Luxembourg, proche via la N4 (125 travailleurs en 2005).
Le taux de chômage est assez bas (8,9%).

On relève la présence sur le territoire de 2 Zones d'Activités Economiques le long de la N4 (à la Barrière Hinck, de part et d’autre de la Nationale 4, et à Herbaimont, le long de l’accès à la Nationale 4 en direction de Bastogne). Elles appartiennent à des privés et 12 ha non équipés sont encore exploitables.

L'agriculture représente encore 38% des emplois indépendants avec 54 exploitants à titre principal (42 exploitations de 30 Ha et plus et 12 avec moins de 30 Ha) et 23 exploitants à titre accessoire.

Les exploitations agricoles sont essentiellement tournées vers l'élevage, mais on constate une volonté évidente de diversification (une dizaine d'exploitants font de l'engraissement, d'autres se sont tournés vers l'hébergement, la culture de la pomme de terre, l'élevage du porc, la restauration, la vente directe et l'aspect pédagogique de la profession).

Un des axes de promotion touristique repose sur la valorisation des produits locaux, via la tenue d'un marché du terroir hebdomadaire en été et la vente de productions dans les commerces locaux

Le tourisme est essentiellement tourné vers la nature et la randonnée avec 300 kms de promenades balisées, dont un tronçon de l'ancien vicinal Marloie-Bastogne.
La promotion du territoire est assurée par 3 acteurs touristiques (SI local, Maison de la randonnée, Maison du tourisme de Bastogne)

L'hébergement touristique est particulièrement bien présent sur la commune puis que l'on dénombre une capacité d'environ 800 lits. De plus, on compte 2 campings et un centre de vacances mutualiste à Aviscourt. En 10 ans, le nombre de nuitées a augmenté de près de 27%.

La clientèle touristique provient à 76% de Belgique et passe sur place des courts séjours (3 à 4 jours).

79 secondes résidences (10% du parc immobilier) sont réparties sur le territoire communal.

La forêt occupe la moitié du territoire communal et appartient essentiellement à des privés. Elle est fortement morcelée. La Commune est propriétaire d'environ 700 ha, dont une majorité est sous régime de la Couronne en forêt de Freyr.

Une partie du massif forestier est concernée par un projet Life (mise en valeur des milieux tourbeux) et par le PGISH (Plan de gestion du Massif forestier de Saint-Hubert).

Commune d'Ardenne centrale avec des paysages remarquables, Ste-Ode est marquée par la présence de l'Ourthe et du Laval, ce qui l'a amenée à faire partie du Parc Naturel des Deux Ourthes et du Contrat de rivière de l'Ourthe.

Deux sites Natura 2000 couvrent la vallée de l'Ourthe et la forêt de Freyr. 8 sites de Grand Intérêt Biologique sont répertoriés sur le territoire, de même que 3 réserves naturelles domaniales et une Zone Humide d'Intérêt Biologique dans les vallées de l'Ourthe et de la Basseille.

Le premier parc éolien wallon a été installé le long de la N4.

 

Actions sur le document