Aller au contenu. | Aller à la navigation

Histoire
Sections
Vous êtes ici : Accueil Ma commune Généralités Histoire

Histoire

Sainte-Ode

Commune créée en 1976 par la fusion des anciennes communes d'Amberloup, de Lavacherie, de Tillet et par l'adjonction du Centre Hospitalier de Sainte-Ode (Précédemment commune de Flamierge)


Amberloup

Important lieu d'assemblées religieuses et administratives, Amberloup aurait été détruit lors des premières invasions de la fin du IIIème siècle et le début du IVème siècle.

Sous les mérovingiens, Amberloup serait devenu un haut lieu politique et religieux.

Vers la fin du VIIème siècle ou au début du VIIIème siècle, la première Abbaye de Saint-Hubert voir le jour grâce à Bérégise, encouragé par les largesses de Pépin de Herstal.

La découverte de sépultures sous tombelles, de l'époque de la Tène à Aviscourt, permet de conclure à une occupation relativement ancienne.

A la formation des principautés, le Comte de Salm tient les fiefs d'Amberloup, Sainte-Ode, Wigny, Tonny, et d'autres.

Longtemps, l'ensemble de ce territoire va se confondre et sera pratiquement identitque à l'importante mairie d'Amberloup, dans la Prévôté de Bastogne.

Les co-Seigneurs et co-propriétaires de multiplient jusqu'à rendre parfois les situations inextricables.

Le 1er octobre 1823, le territoire de la commune se stabilise à 2.080 hectares, suite à l'adjonction de Tonny.

 

Lavacherie

Dans la Vallée de l'Ourthe occidentale et à l'ombre de la forêt de Freyr, le site de Lavacherie recèle nombre de vestiges: silex néolithiques, refuges de l'Age de Fer, statuette gauloise en bronze, chaussée romaine, ainsi que des sépultures gauloises, romaines et mérovingiennes.

Dépendant de la très ancienne paroisse d'Amberloup jusqu'au XIXème siècle, le village aura une chapelle en 1692; la paroisse Saint-Antoine et Saint-Aubin sera créée en 1808.

Le domaine important de Sainte-Ode, qui fut érigé en fief en 1609 aux confins de la Prévôté de La Roche, est intimement lié à l'histoire de la sidérurgie luxembourgeoise.

Pendant des siècles, en même temps qu'agriculteur, l'habitant sera bûcheron, charbonnier ou sabotier.

En 1764, les forges occupent 250 personnes.

 

Tillet

Des substructions et des vestiges romains ont été retrouvés à Tillet, Houmont, Hubermont, Magerotte, Pinsamont, Rechrival et Renuamont; tous ces villages sont proches des anciennes voies qui conduisaient de Bavay à Trèves et de Reims à Cologne.

Fisc mérovingien, Tillet a été cédé en 640 à l'église Saint-Pierre de Cambrai par le Roi Dagobert.

Les seigneuries de Tillet (associées à Amberloup et à Sainte-Ode), de Magery et de Laval sont à citer.

Le Seigneur-Abbé de Saint-Hubert est seigneur tréfoncier de Houmont: la "Cour Saint-Hubert" lui appartient.

La Seigneurie de Laval, après avoir appartenu à des seigneurs éponymes au XIIIème siècle, voit se succédes les de Welchenhausen, les d'O(u)rley, qui la possèdent plus longtemps, les de Lardenois de Ville, les de Bollant, Seigneurs de Rollé et grands rassembleurs de terres au XVIème siècle, les de Soré puis de Cobreville pour un court laps de temps, les de Brabançon, de Villemont et les de Breydscheydt puis les de Schwartzenbergh au XVIIIème siècle; après les de Gallo de Salamanca y Lima, la baronnie de Laval échut par mariage au Comte d'Arberg.

En 1823, la composition de la commune est la suivante: Tillet avec ses hameaux, ainsi que les agences ou mairies de Houmont et de Rechrival, soit un total de quinze villages et hameaux.

Par arrêté royal du 28 août 1828, le moulin de Tompré quitte Moircy pour rejoindre Tillet.

Cette situation est stabilisée jusque 1977, sur un territoire de 4.372 hectares.

Actions sur le document